Accueil > Paladin, Raid, Tanking, WoW > Blognews – Raid-Lead

Blognews – Raid-Lead


Hello everyone !


Déjà vendredi, le temps passe trop vite… Ca me déprime. Vraiment. Cela dit bon courage à tous ceux qui sont bientôt en week-end, d’autant qu’il fait plutôt beau donc ça fait plaisir. En tout cas sur Grenoble il fait beau. Vivement l’hiver.😦


Aujourd’hui, je n’ai pas envie de faire d’article. J’ai rien d’intéressant à raconter, et ça risque de se résumer à montrer les skins T13 pour chaque classe, donc c’est pas super excitant, d’autant que le T13 Paladin n’a toujours pas été montré… Du coup pas d’article.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai passé 4 ou 5 heures entre hier et aujourd’hui à réaliser une page sur le Raid-Lead, et du coup que ça va faire office d’article du jour. J’aurais pu me contenter de la mettre dans la section Raid puis de vous dire « allez la lire ! », mais je ne sais pas si tout le monde le fera, et puis ça m’obligerait à faire un article.

Bref, du coup je fais d’une pierre deux coups ! Donc cette sorte de guide s’adresse particulièrement aux joueurs qui ont assez peu d’expérience en matière de RL, ou à ceux qui ont envie de se lancer. Les gens qui RL depuis plusieurs années n’apprendront probablement pas grand chose.

Voila pour le préambule. Ah oui tant que j’y suis… C’est très, très, très long. Plus encore que la page sur le Progress, donc je vous souhaite une bonne lecture.🙂


0. Introduction

Que l’on joue en groupe à 5 joueurs ou en raid à 40, qu’il s’agisse de tomber un boss ou de capturer une forteresse, il faut nécessairement qu’il y ait un leader. Qu’est ce que c’est ? Il s’agit de la tête de groupe, du meneur, du guide. Il en faut un, et s’il n’est pas clairement désigné, il se désignera souvent par son charisme et/ou sa propension à aider et guider les autres.

Le problème qu’il se pose, c’est que bien souvent, le leader le fait soit par obligation car personne ne désire le faire, soit très mal parce qu’il ne sait pas faire. Soit les deux, et là on a un concentré magnifique pour énerver tout le monde : le leader et le raid. Rien de spécialement constructif ou bénéfique au final.

Et c’est justement pour ça que cette page existe. Bien qu’il soit très difficile de rédiger un guide pour guider -notez l’ironie- je vais essayer de vous apporter mon avis et mon expérience de Raid-Lead à travers ces quelques lignes en espérant que vous compreniez un certain nombre de choses. Je tiens également à remercier Hirakinuki pour son article bien construit sur le Raid-Lead sur lequel j’ai pris appui pour rédiger tout cela.

Avant de démarrer, j’aimerais rappeler que la façon de Raid-Lead est conditionnée par de multiples facteurs comme l’avancée, le contenu, le roster, l’ambiance, et ainsi de suite. Néanmoins, je vais essayer de traiter les fondamentaux du Raid-Lead, bien que ça risque parfois de recouper un tant soit peu avec certains passages du compendium sur le progress, puisque ce sont des sujets étroitement liés.


1. Rôle du Raid-Lead

Alors la première question qu’il faut se poser c’est : le Raid-Lead doit faire quoi ? Figurez-vous qu’il a de nombreuses tâches, certaines exigeant davantage d’implications que d’autres. Si on commence par s’appuyer sur la structure de ce mot ou plutôt de cette expression, on voit déjà qu’il contient le mot lead dont nous allons voir la définition.


lead /liːd/

Conduite, action de conduire.

  • To take the lead – Prendre la tête, donner l’exemple


Il s’agit bien évidemment de conduire dans le sens de mener, guider, entraîner ou encore exiger. Et justement, bien qu’il y ait d’autres traductions possibles, je pense que ces 4 termes résument plutôt bien la chose, voyons cela plus en détail.

  • Guider : les joueurs sur un boss et expliquer la stratégie.
  • Entraîner : les joueurs au fil des essais, en analysant ce qui va et ne va pas.
  • Mener : en donnant les directives durant les combats.
  • Exiger : des joueurs qu’ils suivent les directives données.


Je profite justement d’utiliser un mot un petit peu fort comme exiger pour mettre le hola tout de suite sur un amalgame répandu : le RL n’est pas un tyran. Celui qui pense que le fait de lead lui donne tous les droits n’a rien compris, se trouve complètement à côté de la plaque, fait mal son travail, et a de fortes chances de se faire détester de son raid. Donc je le dis et le répète, le Raid-Leader n’est pas un despote tyrannique qui peut faire ce qu’il veut de son raid. Autant être clair dès le début, sans quoi on s’embourbe dans des incompréhensions par la suite.

Donc si l’on désire résumer, le RL doit guider, entraîner, mener, exiger. C’est un petit peu la théorie, la supra-généralité qui veut tout et rien dire à la fois parce que ce sont justement des verbes extrêmement généraux, donc finalement, on a compris l’idée, mais on n’est pas bien avancé. Alors pourquoi ne pas passer à un peu de pratique ?


Le RL c’est le guide, okay. Mais concrétement, ça consiste en quoi ? Il a des trucs particuliers à faire ou il faut juste qu’il dise « on va là, toi tu fais-ci, toi tu fais-ça » ? C’est une bonne question, et le RL a effectivement bien plus à faire que ça. Voila une petite liste d’exemples :

  • Se renseigner sur la stratégie,
  • Se renseigner sur la composition adaptée,
  • Connaitre les forces et faiblesses de son roster,
  • Expliquer la stratégie,
  • Effectuer les éventuelles assignations,
  • Donner les directives en combat,
  • Analyser les erreurs pour les corriger,
  • Effectuer les ajustements nécessaires,
  • Motiver le raid en restant constructif,
  • Garder son sang-froid,
  • Ecouter les propositions,
  • Se remettre en question,
  • Agir dans l’intérêt du groupe.

Il y a effectivement beaucoup de choses, et je pense que j’aurai pu doubler ou tripler la dose, mais ne paniquez pas ! Une partie de ces choses sont effectuées que vous soyez RL ou raideur normal, et une autre partie de ces choses sont faites naturellement car c’est simplement de la logique comportementale (j’aime bien ce terme).

Pour le RL, il y a des choses à faire avant le raid, il y a des choses à faire pendant le raid -c’est là que la majorité du travail se fait- et il y a des choses à faire après le raid. Et c’est justement ce que l’on va voir dans les prochaines parties, ne vous en faites pas.


2. Avant le raid

Une partie du travail du RL se fait en amont. En fait, la majorité des choses traitées dans cette partie doivent être effectuées par tous les joueurs du raid, et pas seulement le RL, mais en ce qui le concerne, ce n’est absolument pas optionnel, il faut qu’il fasse tout ce qui va suivre, sans quoi le raid risque d’en pâtir. Ca fonctionne pas étapes là encore, et vous allez voir qu’il ne faut pas en oublier.

Pour toute la suite, on va considérer que vous êtes le RL, et que vous avez décidé d’emmener votre raid sur Ragnaros ce soir. C’est le grand soir, après des semaines et des semaines à arpenter les terres cendrées de Firelands, vous pouvez enfin vous fritter à Ze Lord of Ze Fire, et vous n’avez pas envie de tout faire capoter, du coup il faut que vous prépariez tout bien.


2.1. Potasser la stratégie

Comme tous les joueurs de votre raid, il vous faut vous renseigner sur la stratégie du combat, naturellement. Cette partie fonctionne en quatre étapes successives que l’on a déjà suffisamment décortiquées dans la page sur le progress -que je vous conseille de lire si ce n’est pas fait- à savoir :

  1. Lire le journal de donjon,
  2. Lire une stratégie,
  3. Regarder une vidéo,
  4. Regarder une vidéo commentée.

Le RL doit porter bien plus d’attention à la stratégie que les autres, c’est capital. En fait, il doit impérativement comprendre le combat. S’il y a une personne qui doit avoir tout pigé, c’est bien lui. Alors bien sur, le but ce n’est pas que vous sachiez dire exactement ce que fait chaque compétence, avec leur temps de recharge et les dégâts précis, ça n’a aucun intérêt. Mais vous devez être capable de dire à n’importe quel moment du combat qui doit faire quoi.

Pour ça, il faut que vous respectiez les 4 étapes ci-dessus, et si ce n’est suffisant, que vous fassiez ça une deuxième fois. Il faut vraiment que vous saisissiez le déroulement du combat et les mécaniques qu’il implique, c’est très important. Quand il s’agira d’expliquer la stratégie, il ne sera pas question de bafouiller en disant « je sais pas », vous devez avoir compris le combat.


Bien

A ce moment là, on se place tous à droite de la salle espacés de 6 mètres les uns des autres.

Pas bien

Alors euh… Je crois qu’il faut qu’on se mette à gauche. Euh nan à droite. Et puis on s’en fout espacé ou groupé, peu importe. Ah nan ! Espacé ! Enfin je crois…


Si vous ne voulez pas que ça se passe comme ça, faites ce qu’il faut pour comprendre le combat, ce qui est généralement assez simple. On ne vous demande pas d’apprendre la mécanique quantique, il s’agit simplement de comprendre la stratégie pour savoir ce que chacun doit faire.

Pour ça, il faut lire le codex, la stratégie, une vidéo, et ainsi de suite. Il peut même être judicieux de lire plusieurs stratégies différentes afin de pouvoir envisager d’autres solutions et éventuellement de pouvoir comprendre / trouver des petits trucs qui mis bout à bout peuvent finalement marquer une différence. Même principe avec les vidéos.


2.2. Faire une compo’ de raid

Okay, vous avez lu la stratégie. Vous la connaissez plutôt bien, vous vous sentez capable de l’expliquer, vous savez comment le combat va se dérouler, combien de phases il y aura, combien de temps ça va durer, et ainsi de suite. Bref, vous êtes opérationnel sur la strat’.

Maintenant, il va falloir dresser la compo’ du raid. La compo’ qu’est-ce que c’est ? C’est définir qui va faire partie du raid pour se fritter au grand méchant loup et qui va rester à Hurlevent ou Orgrimmar pour compter les moutons. Or contrairement à ce que l’on peut croire, faire une compo’, ce n’est pas toujours bien évident parce qu’il faut respecter un certain nombre de paramètres :

  • Il faut avoir le bon nombre de tanks et de heals,
  • Il faut avoir un maximum si ce n’est tous les buffs / debuffs,
  • Il faut avoir une compo DPS optimisée,
  • Il faut connaitre le potentiel de son roster,
  • Il faut éventuellement avoir la classe « game-breaking » du combat s’il y en a une.


Là encore, c’est assez schématisé, mais dans les grandes lignes, c’est comme ça que l’on construit une compo’ de raid. En gros, on regarde qui on a de disponible, puis on regarde qui on va prendre, et non pas l’inverse.

Généralement, on commence par déterminer les tanks car c’est le plus simple. A moins d’être en VHL, n’importe quel tank fait l’affaire sur n’importe quel combat du moment qu’il sait jouer, après vous pouvez optimiser un petit peu les choses en prenant un Guerrier ou un Paladin s’il vous faut des CD de raid ou s’il y a de nombreux adds, un Druide s’il s’agit d’une course au DPS, etc.

Après, on va choisir les heals. Là encore, ça va se jouer aux compétences du joueur bien plus qu’aux possibilités de la classe. Il y a effectivement des classes plus appropriées que d’autres sur certains combats comme un Paladin Sacré sur Baleroc, un Druide Restau’ sur Ragnaros, mais globalement, prenez vos meilleurs heals et c’est tout bon de ce côté là.

Et enfin, on va prendre les DPS, et c’est là que ça se corse. Il va falloir établir un bon ratio CàC/Distance, choisir les bons DPS, maintenir tous les buffs de raid (ex : Requinquage, 5% Hâte, 3% Dégâts magiques, etc.), et ainsi de suite. Vous voyez que ça commence déjà à vous faire péter les plombs, et c’est bien normal : dresser une compo’ DPS, c’est difficile.


Pour ça on a un super outil dont je vous ai déjà parlé qui s’appelle RaidComp, développé par le WebMaster de MMO-Champion. Cette petite application va vous permettre de composer et recomposer à volonté des rosters pour savoir quels sont les buffs dont vous disposerez et ne disposerez pas. Voila un exemple de bidouillage sur RaidComp.



Comme vous pouvez le constater avec la compo’ ci-dessus, vous disposez de tous les buffs même si l’application stipule que le bonus armure et l’anti-retardement des incantations sont soumis à condition d’avoir les Auras de dévotion et de concentration activées. Grace à cette application, vous pouvez également voir votre setup en bas à gauche et ce dont vous disposez en terme de CD en bas à droite. Bref, de quoi réaliser une compo’ opti z’oignons !

/!\ Surtout ne négligez pas l’efficacité des buffs passifs comme le Requinquage, les 5% Hâte ou les -25% Armure. Ils constituent généralement une très forte augmentation du DPS moyen du raid, et ne pas les avoir peut engendrer un manque de DPS ou des difficultés supplémentaires.


Donc ça, c’est un peu la théorie. C’est à dire que vous allez faire en sorte de prendre X tanks, Y heals, Z DPS, telles classes pour avoir tels buffs, et puis voila. Sauf que faire une compo’ dans le but de faire du progress -encore une fois, lisez la page sur le progress si ce n’est pas fait- ça demande bien plus que ça, et c’est beaucoup plus délicat que ça.

En réalité, ça va demander de connaitre le roster sur le bout des doigts. En effet, votre roster n’est pas composé de machines mais de joueurs, avec des points forts comme des points faibles. Si vous voulez faire les choses correctement, vous devez prendre en compte ces paramètres pour réaliser la compo’. Pour parfaire mes propos, je vais citer un commentaire de Nefernet.


[…] Même si une classe se joue globalement d’une certaine façon, chaque joueur a ses points forts et ses points faibles, son style.

Par exemple, untel est une tuerie en aoe, par contre, dps monocible en bougeant, c’est un peu moins son fort, ou alors tu auras un heal plus à l’aise dans un rôle que dans un autre, ou alors tu sais que Michel est un dieu du kick tandis que Robert est une bouze, même si sa classe est souvent celle privilégiée pour kick dans les strats… […]


C’est précisément ce dont il s’agit. Je poursuis avec un exemple :


Bien

Ce soir on ne va pas prendre Robert dans la compo’, on va prendre Michel à sa place finalement, parce qu’au moins lui il est capable de faire les interruptions sur Alysrazor.

Pas bien

On prend Michel parce qu’il joue DK Frost et que j’ai lu sur le net que ça envoie du DPS.


C’est ça réaliser une compo’ intelligente : connaitre son roster, et prendre les joueurs en fonction des besoins du combat. Si le combat est un rush DPS, vous prenez vos meilleurs DPS même s’ils ont quelques points faibles, et si c’est un combat AoE, vous prenez les DPS dont vous savez qu’ils feront un DPS AoE correct, et ainsi de suite.


Et enfin, le dernier point que vous pouvez envisager de considérer, et là c’est de l’optimisation à l’échelle du raid, c’est de prendre la classe « game-breaking » du combat s’il y en a une. Qu’est ce que c’est que ça ? Il s’agit de la classe qui va drastiquement faciliter le combat pour une raison X ou Y. Par exemple, la classe game-breaking sur Baleroc (HM), c’est le Prêtre Ombre grâce à sa dispersion. La classe game-breaking sur Beth’tilac (HM) c’est le Chasseur pour les petites araignées en P1, et ainsi de suite.

Si vous arrivez à faire ça, c’est très bien. Mais Blizzard a fait le design des combats pour qu’il n’y ait jamais besoin d’une classe spécifique. On connait tous le diction « Bring the player, not the class ». C’est précisément ça, mais ça n’empêche pas que certaines classes sont clairement plus avantageuses que d’autres sur certaines rencontres.

Comment savoir quelle est cette classe si elle existe ? Et bien ce n’est pas marqué dans le codex, ni même dans les stratégies généralement. Figurez-vous que c’est surement une guilde VHL qui a trouvé l’astuce et par conséquent vous ne découvrirez ça qu’en vous renseignant auprès de quelqu’un qui fait également du VHl, ou bien sur les forums, mais encore une fois ce n’est pas une priorité, simplement une aide.



Donc si on résume, pour faire votre compo’ vous devez déterminer les besoins imposées par le combat, connaitre votre roster, et vérifier d’avoir un maximum de buffs, en tout cas les plus importants. Si vous arrivez à tout concilier, c’est très bien, et si vous parvenez à prendre la classe qui simplifie la rencontre, c’est encore mieux. Si vous n’y arrivez pas, c’est pas plus dramatique que ça, vous ferez sans.

Récapitulons : vous avez appris la stratégie, et vous avez dressé la composition de votre raid. Vous avez fait tout le travail en amont nécessaire. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre l’heure de raid, histoire d’aller voir tout ça de plus près !😉


3. Avant le pull

Ca y est ! Il est 21h, vous êtes devant le boss avec votre raid, tout le monde s’excite de pouvoir enfin pull Ragnaros après tout ce temps passé à nettoyer les premiers boss. Tout le monde /dance en forme de druide des flammes, elfe de sang, nain de fer ou gorille transgénique, personne n’écoute, tout le monde hurle, on a l’impression d’une véritable cour de recré’.

Première chose que l’on fait, un ou deux pulls à blanc, que j’appelle également pull à l’aveugle parfois. C’est à dire qu’on n’explique rien, ou juste un truc du genre « les tanks, vous alternez l’aggro pour vos debuffs, on s’espace de 6 mètres les uns des autres, pull dans 3, 2, 1, go ». Comme je l’ai expliqué dans la page sur le progress, le but est de faire de l’apprentissage par l’autonomie.

Durant ce ou ces essais, vous n’avez pas grand chose à dire, voire rien du tout si vous voulez vraiment faire des try à l’aveuglette. A la limite, des broutilles du genre « n’allez pas dans l’AoE » ou « espacez-vous mieux que ça ». Rien de plus, le but n’est pas de faire du lead sur ce try là, c’est de laisser les gens se débrouiller et se familiariser avec l’environnement.


3.1. Explication de la stratégie

Après ce petit pull à blanc, il va être temps d’expliquer la stratégie. Vous vous doutez bien que vous n’avez pas fait toutes ces recherches sur la stratégie pour rien, il va falloir l’expliquer à vos petits camarades, c’est le but de cette partie. Expliquer une stratégie, ce n’est pas forcément facile parce qu’il faut être clair et précis, sans sombrer dans le détail pour autant sans quoi vous risquez de larguer tout le monde.

Voila quelques généralités qui peuvent aider à expliquer correctement une stratégie :

  • Allez à l’essentiel en étant clair et concis,
  • Ne donnez que des informations utiles,
  • Précisez à qui s’adressent les informations (Tanks ? Heals ? DPS ? Raid ?),
  • Tenez compte des différents modes de compréhension des gens (théorie, exemples, etc.).

Jusque là, rien de bien sorcier il me semble, si ? Ce sont des choses assez logiques, que l’on va détailler point par point pour être sur de bien tout saisir. Vous allez voir que ça n’a rien de bien compliqué.


Tout d’abord, il est important d’aller à l’essentiel, c’est à dire à l’objectif premier. Si l’objectif, c’est de passer la phase 1, vous n’expliquez que la phase 1, vous n’expliquez pas la phase 2, parce qu’à la fin de l’explication, les gens auront oublié ce que vous avez dit à propos de la phase 1, or c’est ça le plus important. Plus vous donnez d’informations, plus vous prenez le risque de perdre les joueurs.

Il faut essayez d’imaginer que vous donnez un cours à des gens qui n’y connaissent rien. Vous n’allez pas leur livrer toutes les informations d’un coup, vous allez commencer par les bases, puis vous allez approfondir doucement. De la même manière, dans la page sur la Table d’attaque, je pars de 0, je ne commence pas à vous parler de Crushing blows et de Parry rush d’entrée de jeu. On est d’accord ? Donc allez à l’essentiel.

Si vous voulez dire qu’il faut être espacé des autres d’au moins 6 mètres, vous commencez par dire ça, vous ne vous lancez pas des explications alambiquées pour expliquer que lors de l’alignement des planètes, s’il fait beau en Nouvelle-Zélande et mauvais au Pérou, et qu’El Niño a pop, alors il faut s’écarter sinon ça fait boom. Non. On s’en fout. Vous allez droit au but. Il faut s’écarter ? Vous commencez par là, pas par autre chose sinon vous risquez d’emmêler tout le monde.

Soyez clair, simple, concis. Ne vous embarquez pas dans des explications à rallonge où les gens risquent de décrocher. Dites les choses de façon simple. Il n’est pas nécessaire d’expliquer ce qu’il se passe si les choses sont mal faites, il faut surtout expliquer comment faire pour que les choses soient bien faites ; c’est ça qui est important. Soyez court et compréhensible.


Bien

Il faut être écarté de 6 mètres les uns des autres.

Pas bien

Alors si vous êtes trop proche de quelqu’un vous risquez de prendre Colère de Ragnaros ce qui a pour effet d’infliger 60 000 points de dégâts à tous les joueurs trop proches et de les pousser sur 20 mètres, et là vous pouvez être dans un piège donc faut faire gaffe.


Vous l’aurez compris, la première phrase aura beaucoup plus d’impact sur les joueurs que la seconde parce qu’il n’y a que l’information importante : écart de 6 mètres. C’est tout, l’info’ est là, elle est claire, elle est compréhensible. Dans la mesure du possible, évitez les montants de dégâts et les temps de recharge qui n’apportent rien ainsi que les cas spécifiques qui n’arrivent pas systématiquement.

Choisissez bien votre vocabulaire pour qu’il soit percutant. Utilisez des termes que les joueurs vont retenir immédiatement comme « mortel » ou « wipe » plutôt que d’utiliser des montants de dégâts. De la même façon, n’annoncez pas le temps de recharge mais utilisez un mot indiquant la fréquence comme « en permanence », « une seule fois », « régulièrement ». Plus l’information est compréhensible, plus elle est enregistrée facilement.


Bien

De temps en temps, un cercle orange va apparaitre au sol, si vous marchez dedans, c’est wipe.

Pas bien

Toutes les 45 secondes Ragnaros pose un Piège de magma au sol -grosse AoE jaune- qui inflige 80 000 points de dégâts au raid donc on les fait exploser que quand tout le monde est full vie et on est obligé de les faire exploser parce qu’ils ne depop pas.


Dans le premier cas, les gens vous retenir l’essentiel : cercle orange = pas bien. Dans le deuxième cas, les gens vont retenir que la moitié des info’ : peut-être les dégâts, peut-être le fait que c’est une AoE, peut-être le fait que ça dépop ou non, peu importe. Ils n’auront pas compris le fonctionnement de la compétence, et donc ça n’aura servi à rien.


Ensuite, essayez de préciser à qui vous vous adressez. Expliquez les choses une par une : d’abord le raid, puis les tanks, puis les heals, puis les DPS. N’expliquez pas tout en vrac en allant de l’un à l’autre perpetuellement parce que les gens risquent de faire l’effort d’enregistrer des informations qui ne les concernent pas. On en revient au même point : moins il y a d’info’, plus c’est facile à intégrer. Précisez à qui vous parler du coup.


Bien

Les tanks, vous vous placez l’un sur l’autre au CàC. Les heals, vous vous placez au centre. Les casters, vous vous placez autour des heals à au moins 6 mètres, les CàC vous vous placez sur le côté gauche.

Pas bien

Alors on se place autour du boss en étant écarté sauf les tanks qui vont être l’un sur l’autre, mais les casters doivent faire gaffe à pas être trop proches et le CàC se mettent à gauche et faut s’équilibrer sur les côtés.


En segmentant l’information et en commençant vos phrases par le rôle que ça concerne, les joueurs de ce rôle vont automatiquement écouter ce que vous dites. Ça facilitera la compréhension et vous évitera de répéter quelque chose parce que quelqu’un a capté l’information en court de phrase. L’information passe mieux, et les risques d’erreur sont moindres.


Et enfin, dernière chose à considérer lorsque vous expliquez la stratégie : le mode de compréhension des gens. Là on rentre dans quelque chose d’assez poussé, mais c’est quand même bon à savoir pour ne pas s’énerver bêtement sur quelqu’un. Chez une personne quelle qu’elle soit, il y a 3 modes d’intégration des données :

  • Compréhension visuelle
  • Compréhension auditive
  • Compréhension sensorielle (inexistante dans notre cas)

Certaines personnes fonctionnent sur plusieurs modes de compréhension, d’autres sur un seul, ce n’est pas quelque chose que l’on choisit, c’est quelque chose de propre à chacun.

Alors maintenant, quel est le rapport avec l’explication de la stratégie ? C’est très simple : certaines personnes (auditives) vont comprendre immédiatement ce que vous expliquez, et certaines personnes (visuelles) vont avoir besoin de voir les choses pour comprendre, donc de faire le combat une ou deux fois pour ça. Vous n’allez pas pouvoir faire grand chose pour aider les gens qui fonctionnent sur un mode visuel, à part peut-être simuler un placement en vous aidant d’icônes qui faciliteront la compréhension pour ces personnes.

Il faut également comprendre que lors d’une explication, tout le monde ne comprend pas de la même façon, ni à la même vitesse. Certaines personnes vont comprendre avec de la théorie, alors que d’autres vont avoir besoin d’exemple. C’est exactement comme cette page : je fais de la théorie, et je donne également des exemples pratiques, parce qu’il y a des gens qui comprennent surtout grâce aux exemples.


Donc maintenant si on résume tout ce que l’on vient de dire sur l’explication de la stratégie. Il faut que vous expliquiez les choses petits à petits avec des mots simples et percutants. Evitez les données superficielles ou inutiles, et précisez à qui vous parlez. Enfin, insistez sur les points importants avec des phrases simples. Si vous avez bien fait votre travail, il ne devrait pas y avoir de grossières erreurs sur des choses simples après quelques essais seulement.


3.2. Effectuer des assignations

Okay, donc vous avez passé quelques minutes à expliquer la stratégie -pas plus- maintenant il est temps de faire les éventuelles assignations. Les assignations, c’est simplement dire qui fait quoi. Ca peut sembler stupide, mais un raid sans assignation, c’est un raid qui n’avance pas, purement et simplement. C’est important de définir un rôle à chacun.

La première des assignations à faire, c’est celle des soigneurs. Mais celle-ci, ce n’est pas à vous de la faire, c’est aux heals eux-même de se concerter pour se mettre d’accord. A ce moment là, vous leur demandez explicitement qui va soigner quoi en priorité pour pouvoir par la suite analyser les erreurs et savoir qu’est ce qui a cafouillé.


Certaines phases du combat vont nécessiter des assignations particulières, comme les transitions de Ragnaros où il y a 8 élémentaires à contrôler et tuer. A ce moment là, il faut clairement que vous fassiez des assignations, sans quoi il risque d’y avoir de sérieux problèmes. Mais vous ne devez pas faire ça au hasard, vous devez réfléchir au potentiel de chaque classe.

Le principe de cette phase est simple : il y a 8 adds qui se dirigent vers Sulfuras plantée dans le sol, et s’ils l’atteignent c’est wipe. Ils peuvent être assommés mais pas ralentis, sont rapides au delà de 50% HP et lents en dessous, et ne sont pas tous à la même distance du marteau. Le but, c’est de tous les mettre à 50% dans un premier temps pour qu’ils soient tous ralentis, puis de tous les tuer pour passer en phase 2 ou en phase 3 selon la transition.

Vous devez donc assigner un add par DPS / Tank, et un côté pour chaque heal afin que tout le monde soit en mesure de recevoir des soins. Mais il faut réfléchir deux secondes et ne pas assigner un add proche du marteau à un DPS qui n’a aucun stun. Et inversement, ne pas assigné l’add le plus lointain au Paladin Protection qui a 2 stuns lui. Vous devez faire une assignation logique pour maximiser les chances de succès.

Une fois que vous avez trouvé un compromis pas trop mal pour les assignations, expliquez-les de façon extrêmement claire et simple toujours. Les assignations ne servent que si elles sont comprises par tout le monde, sinon c’est comme si vous pissiez dans un violon. Dites le nom d’un joueur, dites-lui ce qu’il doit faire et montrez-lui l’endroit où ça se passe. Ensuite, vous passez à un autre joueur, jusqu’à avoir fait tout le monde. Pas d’assignations approximatives.


Bien

On va mettre le DK Frost sur l’add tout au fond à gauche. Le Chasseur sur le 2e add en partant du fond à gauche. Le Prêtre Ombre sur l’add à gauche. Le PalProt sur l’add tout devant à gauche pour les stuns. Le Druide Tank sur l’add tout devant à droite pareil. Le Druide Equi sur l’add tout à droite. Le Mage Arcane sur le 2e add en partant du fond à droite. Le Démoniste sur l’add tout au font à droite. Pensez à utiliser vos stuns et vos bumps, et surtout burstez-les.

Pas bien

Alors on va mettre tout le groupe 1 sauf le PalProt à gauche, avec une assist’ du Chasseur sur le premier add à droite, et le groupe 2 plus le Mage Arcane mais pas le Démoniste sur la droite mais pas sur l’add du fond parce que le Feral Tank le prend.


Si vous voulez que les gens comprennent, soyez clair dans ce que vous annoncez. N’hésitez pas à vous aider de macros pour indiquer les placements, ce qui peut être assez pratique surtout pour les personnes qui fonctionnent selon un mode de compréhension visuel. Par exemple pour les transitions de Ragnaros vous pouvez faire la macro suivante où X représente Sulfuras, puis une association par numéro.


Marteau gauche

1 – 2 – X – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8

Marteau milieu

1 – 2 – 3 – 4 – X – 5 – 6 – 7 – 8

Marteau droite

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – X – 7 – 8


4. En combat

Donc vous avez fait un pull ou deux à blancs, puis vous avez expliqué la stratégie, et enfin fait les assignations. Maintenant il va peut-être être temps de pull pour de bon, d’autant que c’est là que se joue une grosse partie de votre rôle de RL. Vous avez beaucoup de choses à faire en combat pour guider les joueurs, mais il ne faut pas faire n’importe quoi.

Tout d’abord, et on revient dessus pour la Nième fois, le RL n’est pas un tyran mais une sorte de chef, dans le sens où il faut l’écouter et faire de qu’il dit, mais son avis ne compte pas davantage que celui des autres sous prétexte qu’il donne les instructions. C’est à dire qu’en combat, on respecte ce qu’il demande que l’on juge ça bien ou pas bien, mais entre les combats, tout le monde participe pour améliorer les choses, il n’est pas le seul à proposer.


4.1. Annonces vocales

Justement, parlons du RL en combat. Cette partie est assez délicate parce que la façon de lead va beaucoup varier d’une guilde à une autre. Quoi qu’il en soit, le RL se doit de se faire entendre, et pour ça il doit présenter un minimum d’autorité. Quand il demande quelque chose, ce doit être fait, et si c’est pas une bonne idée, on en parle après le try.

Pendant le combat, le RL doit dire un certain nombre de choses sur TeamSpeak (ou Mumble) pour que la rencontre se déroule du mieux possible, à savoir :

  • Annoncer les phases de combat,
  • Annoncer les timers et les compétences,
  • Rappelez régulièrement le placement,
  • Rappelez régulièrement la priorité,
  • Évitez les absurdités,
  • Gérer la situation quand ça dérape.

Il y a d’autres choses, mais c’est là le minimum. On va détailler petit à petit.


La majorité des combats de raid se déroulent en plusieurs phases, et dans le cas de Ragnaros, on a 3 phases (4 en HM) + 2 transitions (3 en HM). Il est intéressant d’annoncer les changements de phases même si ça peut sembler évident car tout le monde ne joue pas de la même façon. Prenons le cas d’un soigneur avec le nez plongé dans ses barres d’action : il ne va pas nécessairement percuter que le boss vient de s’enfouir et donc qu’on doit changer de placement parce que c’est la transition.

Dans le cadre des annonces relatives au combat, il y a également celles des timers et des compétences du boss (que vous pouvez voir grâce à un addon Boss-Mod tel que DeadlyBossMod, DXE ou BigWigs). Ici se trouve la plus grosse partie du lead à faire en combat. Il vous faut annoncer toutes les choses importantes qui déclenchent une action. Il est inutile de parler des choses qui n’impliquent rien de particulier, c’est une perte de temps et ça risque d’embrouiller les joueurs. Toujours pareil, annoncez les choses clairement en allant à l’essentiel.


Bien

Piège de magma dans 5 secondes. Piège de magma.

Pas bien

Alors un Piège de magma va apparaitre donc on se prépare. Le tank a pris un stack de plus attention, ok le Piège de magma a pop, ça y est !


Lorsque les compétences impliquent un déplacement ou un autre placement, rappelez-le. Il n’est pas forcément nécessaire de rappeler comment se placer, mais simplement qu’il faut se placer. Pour beaucoup de joueurs, le rôle prime sur le placement, alors que souvent c’est l’inverse. Un DPS va par exemple se focaliser sur les dégâts infligés ou un heal sur ses barres de vie plutôt que sur le placement. Inutile de donner trop d’informations, autant faire simple.

De la même manière, rappelez régulièrement quelle est la priorité : survie ? Burst DPS ? Placement ? Les joueurs se perdent parfois dans leur rôle, alors il est bon de rappeler les fondamentaux. S’il faut absolument burst, mentionnez-le. S’il faut la jouer safe, rappelez-le.


Bien

Transition. On se place, et on burst les adds. Pensez aux stuns.

Pas bien

Okay, la transition est là, tout le monde se place. Toi tu vas là bas, toi reste ici, faites attention, allez on soigne, on DPS, attention !


Et surtout, évitez les non-sens, les banalités et les phrases pourries. Si vous n’avez rien à dire, ne dites rien, c’est beaucoup plus simple. Il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas dire sous peine d’embrouiller, déconcentrer voire énerver les joueurs. Par exemple, n’annoncez pas aux soigneurs dès que quelqu’un perd de la vie, ils le savent, ils le voient, c’est leur rôle.

Vous pouvez mettre un petit coup de pression aux joueurs en leur demandant de forcer un peu et de se bouger, mais vous ne pouvez pas maintenir une pression constante, sans quoi il y en a un qui va faire une erreur. Dites les informations importantes, condensez, soyez compréhensible.


Bien

Le raid remonte trop lentement, utilisez une Tranquillité et activez-vous un peu.

Pas bien

Allez, allez, allez, du heal là ! Untel est low HP depuis tout à l’heure, ça ne remonte pas, allez ! ALLEZ !


Jusque là, ce sont des choses assez simples à faire, il faut simplement prendre l’habitude. Là où ça se complique, c’est quand la situation tourne au vinaigre et qu’elle commence à vous échapper. Et contrairement à ce que l’on peut penser, ce genre de situations arrive bien plus souvent qu’on ne le croit. En fait, ça arrive plus ou moins à tous les essais, à un degré plus ou moins important.

Quand les choses commencent à mal se passer, c’est à vous de réagir. Ca ne veut pas dire que c’est nécessairement à vous de corriger le tir cela dit, ça signifie simplement que c’est à vous de dire quoi faire aux gens pour redresser la situation. A ce moment là, faire preuve de sang froid aide beaucoup : vous devez réfléchir, pas paniquer. Réfléchissez à ce qui doit être fait pour que la situation revienne dans un état que l’on peut qualifier de normal.

Quelqu’un meurt ? Il faut le ressusciter et lui remettre des buffs. Un soigneur est OOM (Out Of Mana) ? Il faut lui mettre une Innervation ou un Hymne divin. Un tank a pris trop de stacks de DoT ? Il faut lui mettre un CD défensif. Le raid est trop bas en vie ? Il faut utiliser un CD de raid pour le remettre d’aplomb. A chaque problème sa solution.


Bien

On a perdu le Mage Arcane, du coup le Prêtre Ombre va faire exploser le piège. Le PalProt reprend le boss pendant que le Druide Tank ressuscite le Mage qui accepte le rez après l’explosion du piège. Pensez à rebuff s’il vous plait.

Pas bien

Merde on a perdu le Mage Arcane. Vite, faut le rez ! Ah il est remort ? Bon ben go wipe.


Vous commencez à prendre le coup. Le raid avance petit à petit, mais vous avez du mal à tout gérer, votre rôle, le RL, les CD, et le reste. C’est là qu’il va vous falloir apprendre à déléguer. C’est quelque chose de très important que les RL oublient souvent de faire. Il faut apprendre à déléguer certaines choses, vous ne pouvez pas tout gérer.

Par exemple, ce n’est pas à vous de gérer l’annonce des CD de raids comme le Gardien divin ou le Mot de pouvoir : Barrière, c’est aux heals de faire ça. Ce sont eux les mieux placés pour savoir s’ils en ont besoin ou non, donc c’est un heal qui va demander un CD de raid s’il en faut un. De la même manière, ce n’est pas à vous d’annoncer les switch-tank, c’est les tanks qui le font. Ils ont le nez sur leurs stacks, ils savent quand ils doivent reprendre, s’ils doivent l’annoncer, ils le font. Votre rôle de RL vous demande de guider les gens, pas de jouer à leur place.


4.2. Améliorer les choses

Lors d’un wipe, vous devez vous renseigner sur les raisons de celui-ci. Wiper pour wiper, c’est du temps perdu, et c’est surtout complètement stupide. Donc quand ça cafouille, vous devez demander aux gens de se remettre en question pour savoir ce qui s’est mal passé. Le but n’est pas de jeter la pierre à quelqu’un mais de faire en sorte que ça ne se reproduise pas.


Bien

De quoi tu es mort ? Linceul de flammes ? Mets toi à la limite entre le plus proche du CàC et celui du milieu pour n’avoir qu’un pas en avant ou en arrière à faire.

Pas bien

Encore un mort en P2… Allez on revient.


De la même manière, il ne faut jamais que vous hésitiez à remettre la stratégie en question. Il y a beaucoup de cas de figure où la stratégie que vous avez lue ou vue n’est pas strictement applicable à votre raid, alors il vous faut l’adapter. N’essayez pas de faire du forcing avec une strat’ que votre raid ne peut décemment pas appliquer. Réfléchissez au combat, et adaptez la stratégie à votre roster.

Chaque guilde a des forces / faiblesses. A titre d’exemple, lors de leur kill Ragnaros 10 HM, la guilde Silent a utilisé l’héroïsme en P4 alors que toutes les autres guildes l’utilisent en P3. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient le DPS suffisant pour faire comme ça, et par conséquent qu’ils ont adapté la strat’ normale à leur raid.


Bien

Bon, on n’a pas le DPS pour cette stratégie. On va fonctionner autrement.

Pas bien

Si Paragon l’a fait comme ça, on peut aussi.


Quand le raid se passe mal parce que les gens ne sont pas dedans, se comportent mal, ou pour une autre raison, vous devez réagir. Croyez-moi, il vaut mieux que vous disiez clairement ce que vous pensez -sans tomber dans le vulgaire- quand ça commence à sentir le sapin plutôt que de rester passif, guidant le raid à coups de « Allez, on y retourne… ».

Quand ça foire, c’est à vous de dire aux gens de se réveiller pour faire quelque chose de bien. Il ne faut pas laisser les choses couler. Ça fait partie de votre rôle « d’engueuler » les joueurs autant que de les motiver. Mais attention, il faut savoir rester constructif, même quand vous remontez les bretelles de quelqu’un, ce qui nous amène à notre 5e et dernière partie.


5. Attitude

Bon, ça commence à avoir un peu d’allure. Vous avez pris vos marques en tant que RL, vous expliquez bien la stratégie, vos assignations sont au top, et vous avez plutôt les bons réflexes en combat, mais il y a un point sur lequel vous n’êtes pas très à l’aise : l’attitude à adopter. Et c’est là que c’est les avis divergent (sans mauvais jeu de mots).

Certains RL vont être extrêmement calmes voire passifs. D’autres vont être teigneux et pénibles. Il n’y a pas tellement de meilleure façon tant que ça convient à votre guilde. Dans cette partie, je vais vous parler de ma façon de faire, mais libre à vous de l’adapter à votre guise.

Selon moi, l’attitude du RL se résume en quelques mots. Parmi eux : garder son sang-froid, sa patience, son autorité mais surtout, toujours être constructif. Ce sont à mon avis les caractéristiques principales du RL, auxquelles peuvent venir s’ajouter d’autres compétences intéressantes comme le charisme ou la bonne humeur, mais ce n’est pas obligatoire.


Tout d’abord, parlons du sang-froid. Selon moi, il est important de garder son sang-froid, parce que j’ai remarqué à mainte reprise que le raid ressent l’état du RL et l’adopte inconsciemment. Par exemple, lorsque le RL s’énerve, il y a des chances pour que le raid monte en pression et s’énerve à son tour. Lorsque le RL est absent ou passif, les performances du raid sont assez moyennes. Lorsque le RL est stressé, tout le monde se met à stresser.

C’est une sorte de lien qui se tisse naturellement entre le RL et les membres du raid et c’est pour cela qu’il est important pour le RL de garder son sang-froid. Il ne faut pas paniquer, sous peine de faire paniquer tout le monde, or on sait tous que panique = erreur. Plus vous serez zen, plus votre raid le sera, et ça se ressentira dans les performances, et notamment dans le faible taux d’erreurs individuelles.


Bien

Premier météore. La personne ciblée le kite vers la droite, et attention au Sulfuras smash imminent.

Pas bien

Météore, vite on le kite ! Pas par là, vers la droite ! Allez, Sulfuras Smash, attention aux vagues de lave ! Heal sur le tank vite ! On envoie au DPS et kite le météore à droite !


Ensuite, de la patience. Dans un raid, comme dans n’importe quel groupe, il y a plusieurs rythmes, vous ne pouvez rien y faire. Tout le monde ne fonctionne pas de la même manière, tout le monde n’a pas la même vitesse de compréhension, d’anticipation, de réaction, etc. Il faut faire preuve de patience pour que les gens se mettent au même niveau vis à vis du combat, sinon c’est justement le stress qui monte, et ça se répercute sur le raid.

La patience est un critère important pour le RL. Il faut répéter les mêmes choses, peaufiner la stratégie, réexpliquer les mêmes phrases encore et encore, etc. Je pense que quelqu’un qui n’a aucune patience ne peut décemment pas être RL, ou alors ça risque de tourner au vinaigre.


Bien

S’il y a quelque chose que tu n’as pas compris dis-le, je te ré-explique et on avance.

Pas bien

Mais sérieusement, comment tu peux foirer pour la 5e fois là-dessus, c’est ultra lourd !


Et enfin, autorité, parce qu’il en faut. Il ne faut pas confondre autorité et tyrannie, ça n’a rien à voir. L’autorité, c’est simplement faire faire à quelqu’un ce que vous voulez qu’il fasse. La tyrannie c’est la même chose mais en faisant preuve de méchanceté. Vous ne devez pas être tyrannique mais autoritaire. Quand vous dites quelque chose, faites comprendre que ce doit être fait, mais pas en criant sur les gens.

Les cris et injures fonctionnent très mal. Ca peut marcher durant un temps, mais il arrivera nécessairement un moment où les gens n’en pourront plus de se faire crier dessus sur un jeu. Si vous voulez que les gens vous respectent en tant que RL, il faut que ça passe par une simple autorité.


Bien

Sérieusement, va falloir que vous vous réveillez au DPS, sinon on ne va jamais y arriver hein. Donc vous mettez un coup de collier ou on stop le raid.

Pas bien

Putain mais comment vous pouvez mettre aussi peu de DPS avec votre stuff ! Vous êtes trop nuls c’est pas possible !


Lorsqu’un joueur, une partie ou l’ensemble du raid n’est pas convainquant voire carrément mauvais, vous devez resserrer la vis, ça fait partie du rôle. Le RL n’est pas un gros bisounours shooté au prozac. Quand ça ne va pas, vous devez le faire sentir au raid, remonter les bretelles de tout le monde, et pourquoi pas proposer des solutions pour que ça s’améliore.

Mais attention, vous devez toujours rester constructif. Vous ne devez en aucun couler un joueur parce qu’il joue mal, il faut simplement lui faire comprendre qu’il fait mal certaines choses, et l’encourager à se remuer un peu, sans quoi il sera remplacé. Généralement, le simple fait d’expliquer à un joueur qu’il est un poids pour le raid suffit à lui donner un coup de fouet pour qu’il fasse mieux.


Bien

Ecoute, ça fait 3 fois que tu meurs bêtement en phase 2, et sérieusement c’est pas possible. On ne peut pas faire le combat à 9, donc tu arrêtes de mourir maintenant.

Pas bien

T’es vraiment mauvais, c’est juste pas croyable… Trois fois que tu crèves lamentablement et qu’on n’avance pas à cause de toi.


En résume, je dirais que l’attitude du RL va surtout reposer sur le respect des membres du raid, sans pour autant négliger une certaine autorité. Le but n’est pas de brosser tout le monde dans le sens du poil mais plutôt de ne vexer personne, sinon des tensions se créent et ça se passe mal. Un RL en conflit avec les membres, c’est un RL qui perd en crédibilité généralement. Il faut dire les choses, mais il faut faire attention à la forme qu’on leur donne.

Et enfin, pensez à vous remettre régulièrement en question. Vous êtes RL pour aider votre guilde à progresser, par pour le plaisir de donner des ordres aux gens. Il faut savoir se remettre en question pour améliorer sa façon de lead le raid. N’hésitez pas à écouter les gens, c’est important. Ils ne sont peut-être pas RL, mais ils ont peut-être de meilleures idées que vous.

Rappelez-vous toujours de l’objectif : tomber le boss. Si pour ça, il faut que vous changiez votre façon de RL, faites-le. Souvenez-vous que vous faites ça pour votre guilde, pas pour votre plaisir personnel.


6. Epilogue

Résumons un petit peu tout ce que l’on vient de dire, parce qu’à trop écrire / lire, on se perd un petit peu. Donc, en conclusion, le RL c’est celui qui :

  • est responsable de la stratégie, la compo’ et les assignations,
  • guide les joueurs à travers un combat,
  • agit dans le sens du raid,
  • a le rôle de médiateur.

Il vaut mieux qu’il reste calme en toutes circonstances, quitte à dire aux gens qu’ils font n’importe quoi, du moment que c’est dit avec un minimum de tact, le but étant de ne vexer personne et que le boss finisse par tomber.

Pensez à écouter les autres, et n’hésitez pas à leur demander ce qu’ils pensent de votre façon de RL, on y apprend parfois des trucs très instructifs comme par exemple qu’on a un tic de langage agaçant ou que l’on n’annonce pas toujours les bonnes choses. Je pense qu’il faut quand même savoir se remettre en question un minimum pour pouvoir décemment RL une guilde.

J’espère que cette page aura permis à certains RL de se remettre un petit peu en question, et pourquoi pas de motiver certains joueurs à tenter d’assumer ce drôle de rôle, qui n’est pas si difficile que ça à endosser, mais qui demande certains qualités quand on souhaite le tenir sur la durée.


Voila pour l’article du jour. Si vous avez tout lu, chapeau bas ; sinon, tant pis pour vous. De toutes façons c’est tout ce qu’il y a pour aujourd’hui. Je mets juste une petite musique histoire de dire, et je m’en vais. The Pretender des Foo Fighters tiens. Old school mais superbe. Allez, à demain !🙂



Byou !



Pour toute question, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à passer sur le chat, et surtout n’oubliez pas de vous abonner au blog et de me suivre sur Twitter !

  1. septembre 16, 2011 à 13:22

    Je suis d’accord avec beaucoup de choses…. sauf tes « bien/pas bien ». On fonctionne complètement à l’inverse – quasi toutes tes phrases « pas bien » sont celles que l’on sort. A part celles sur le flame, on ne flame jamais méchamment.

    « Si Paragon l’a fait comme ça, on peut aussi. » … ben… oui…. Si X ou Y a reussi à le faire, ça ne veut pas dire que tu ne dois absolument pas toucher à la strat -une strat s’adapte toujours à la compo de raid et au raid en lui-même-, mais ça veut de toute évidence dire que tu peux le faire aussi avec quelques petits ajustements, c’est pas des extra-terrestres, et à peu près toutes les classes ont les outils pour remplir à peu près tous les rôles.

    Et pour les assign du marteau de ragnaros. Euh, ouai, en 10 peut-être (mais on ne l’a jamais fait), en 25 ca va pas la tête? Tu veux assigner 25 personnes une par une? Tu y es encore 2heures plus tard, et à moins de noter sur un post-it, t’aura tout oublié avant même d’avoir fini d’expliquer. On a toujours assigné des groupes, et c’est aux groupes de s’autogérer. Si tu expliques aux gens un par un, c’est pas du raidlead, c’est du babysitting. Et pour tout dire, nos assign ressemblent *exactement* à ta phrase « pas bien ». Et ce quelque soit le boss. C’est toujours des asssign de type « groupe 1 +X/Y » ou « groupe 2 sans X/Y ».

    Je suis bien d’accord, avec le fait qu’un lead doit être clair, doit toujours rester calme et montrer preuve de sang-froid etc, à vrai dire je suis d’accord avec quasiment tout ce que tu as écrit, mais je suis absolument pas d’accord avec ces exemples qui me semblent totalement irréalistes.

    • septembre 16, 2011 à 13:31

      Tu oublies de mettre les choses dans leur contexte Mione.

      Tout ceci s’adresse majoritairement à des joueurs faisant parties de guildes occasionnelles donc dans 99,9% des cas : du mode 10-joueurs. Pour du mode 10-joueurs casu’, il vaut mieux faire du babysitting que de compter sur l’autonomie.

      Chez nous -qui raidons en 10, mais qui sommes plutôt VHL- le lead n’est pas du tout fait comme je l’explique. En fait, chez nous aussi ça va plutôt chercher dans les « pas bien » que dans les « bien ». On ne fait pas les assignations au cas par cas mais par groupe, et on a tendance à penser que si Paragon ou Wraith peut le faire, dans beaucoup de cas on peut le faire aussi. On compte beaucoup plus sur l’autonomie de chacun que sur le RL, et d’ailleurs, notre RL dit assez peu de choses : c’est une dynamique de groupe qui fait fonctionner notre roster, pas un raidlead. Mais encore une fois, tout est dans le contexte.

      Prends le cas du type qui emmène sa guilde à BWL ou BoT normal 1 soir / semaine et pour qui « theorycraft » & « progress » signifient « geek » : le type il va clairement pas se dire « Paragon c’est des gens comme nous, on va faire leur strat ». Clairement pas. Pour peu qu’il ait deux ronds de bon sens, il va prendre les techniques VHL avec des pincettes, parce qu’il sait bien que ses 10 bonshommes n’ont pas du tout le même niveau.

      Sur le principe, je suis d’accord avec toi. D’ailleurs en écrivant tout ça, à plusieurs reprises j’ai pensé aller chercher un peu trop les extrêmes, mais je me suis dit que l’apprentissage passerait mieux comme ça pour des gens qui ont peu d’expérience PvE. Cela dit j’apprécie tes remarques, et j’en prends bonne note.😉

  2. Hirakinuki
    septembre 16, 2011 à 13:40

    Coucou,

    J’ai tout lu🙂 Beau boulot !

    Mionexoxo :
    Je suis bien d’accord, avec le fait qu’un lead doit être clair, doit toujours rester calme et montrer preuve de sang-froid etc, à vrai dire je suis d’accord avec quasiment tout ce que tu as écrit, mais je suis absolument pas d’accord avec ces exemples qui me semblent totalement irréalistes.

    Vous avez tous les 2 raisons🙂 La façon de gérer cette partie dépend principalement du nombre de personnes qui compose ton groupe/raid, des personnes et du niveau des personnes. Par exemple Mione la façon dont tu décris les choses marche bien pour Silent mais ne marcherai pas pour d’autres guilde R25.
    Eruptia et moi-même faisons du R10 sur WoW et toi du R25, il est donc normal qu’il y ai une différence aussi. Sur d’autres MMORPG, j’ai lead en ayant 150-200 personnes pour faire l’event PvE et c’est encore une autre façon de procéder.

    C’est tout le problème du « leading » de toute façon. C’est comme une stratégie, il n’y a pas une bonne façon de « lead » et toutes les autres qui sont mauvaises. Il existe une multitude de façon de bien lead. C’est donc au lead de s’adapter à son environnement aussi🙂

  3. Ysiel
    septembre 16, 2011 à 14:55

    Un petit message pour signaler qu’il existe un addon du nom de raidcomp. Il permet de faire grosso modo la même chose (et un peu plus) que ce que propose l’appli web de MMO mais IG avec quasi la même interface.

    voilou et félicitation pour la tenue régulière de ce blog. Même si je ne joue plus vraiment c’est toujours un plaisir de le lire🙂

  4. Mr Trololo
    septembre 16, 2011 à 15:21

    ah oui quand tu disais que t’avais tapé un long article … je comprend maintenant

  5. Eleriss
    septembre 16, 2011 à 18:24

    Je me pose quand même une question… pour être raid leader, est-ce que je dois avoir une belle allure?

    • septembre 16, 2011 à 18:25

      Haha, c’était sur l’article d’hier qu’il fallait laisser ça Eleriss.😀

    • septembre 19, 2011 à 14:31

      L’allure je sais pas, mais il s’est gouré dans la macro ! Han !!!

  6. Mr Trololo
    septembre 16, 2011 à 19:50

    Dans lemême registre j’ai « Comment endormir ton raid en 1min » :

    /fear

  7. septembre 17, 2011 à 04:14

    What is this, I don’t even….

  8. Ratak
    septembre 17, 2011 à 11:41

    oh purée😮

  9. septembre 18, 2011 à 19:50

    On dirait un présentateur des 30’s !

    « Et le présideeent Daladier a fermement condamné le nerf du tédouze héroïque ! Et maintenant, le point santé présenté par Marloboro ! »

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :